Developpez.com - Linux
X

Choisissez d'abord la catégorieensuite la rubrique :


Administration NFS : configuration du client

Date de publication : 03/02/2005 , Date de mise a jour : 03/02/2005

Par david.d (Coredump)
 


1. Portmap
2. Montage au démarrage
3. Pour aller plus loin …



1. Portmap

L’accès à un système de fichiers exporté par NFS est directement géré à partir du noyau qui sait comment accéder à des données sur un support physique via les systèmes de fichiers adéquats. Il faut donc uniquement préciser au noyau qu’on souhaite accéder à un système exporté par NFS. La commande mount permet d’accéder à différents systèmes de fichiers. Elle signale au noyau qu’un nouveau système de fichiers est utilisable en indiquant son type, son device et un point de montage. L’option -t permet de préciser le système auquel un client veut accéder. Pour un système NFS, l’argument s’écrit -t NFS.

mount dispose d’options propres à NFS :

  • rw, monte le FS en lecture/écriture (doit donc être exporté en rw),
  • ro, monte le FS en lecture seule,
  • bg, si le montage ne fonctionne pas, cette option permet de faire des tentatives ultérieures en tâche de fond et de continuer à traiter les autres requêtes de montage,
  • hard, si un serveur ne fonctionne pas, cette option permet de bloquer les accès à ce serveur jusqu’à ce qu’il fonctionne de nouveau (à utiliser avec modération),
  • soft, si un serveur ne fonctionne pas, cette option permet d’envoyer une erreur en retour évite de bloquer des processus en attente de montage,
  • noexec, ne pas permettre l’exécution des binaires,
  • intr, permet aux utilisateurs d’interrompre les opérations bloquées,
  • nointr, n’autorise pas les interruptions des utilisateurs,
  • retrans=n, précise le nombre de tentatives à faire avant l’envoi d’une erreur,
  • timeo=n, précise la période de timeout (en 1/10 e de secondes) pour les requêtes,
  • rsize=n, précise la taille du tampon de lecture à n octets (pour UDP 8 Ko maximum est préférable - ne gère pas la congestion),
  • wsize=n, précise la taille du tampon d’écriture à n octets (pour UDP 8 Ko maximum est préférable - ne gère pas la congestion).
Exemple

Pour monter en lecture seule le répertoire /home de l’hôte icraa sur le point de montage /SHARED :


	[root@matrox /]# mount -t nfs -o ro icraa:/home /SHARED



2. Montage au démarrage

Il est possible d’automatiser cette opération au démarrage de l’hôte client en ajoutant autant de lignes qu’il y a de systèmes de fichiers distants à monter dans le fichier /etc/fstab :


	# /etc/fstab

	...

	remote_host:/repertoire_distant repertoire_local nfs rsize=1024,wsize=1024 0 0

	...


Pour le format de ce fichier, consulter le man fstab(5).


3. Pour aller plus loin …

Le daemon NFSIOD fournit côté client un système de cache en mode blocs. La commande nfsstat(1 ou 8) permet de récupérer des statistiques NFS.

Cet article présente l'administration NFS sous Linux. Vous pourrez trouver comment administrer NFS sous FreeBSD sur le site Coredump



Copyright (c) 2004 david d. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. Read the full license here : http://www.gnu.org/licenses/fdl.txt
Contacter le responsable de la rubrique Linux